Exposition Jean Moiras

  • Post category:Exposition
Exposition de Jean Moiras du 11 juin au 03 juillet 2021.

L’artiste sera présent pour le vernissage et aussi pour la dédicace de son dernier livre Voyages aux Éditions Vall’Arte :
– le vendredi 11 de 18h30 à 20h50 ;
– le samedi 12 de 15h à 19h ;

Vous pourrez vous procurer le livre sur place ou à la boutique en ligne des Éditions Vall’Arte 

Quelques mots sur le peintre :

Jean Moiras est un artiste peintre français, né en 1945.

Jean Moiras étudie à l’École des Beaux-Arts de Paris. De 1964 à 1972, il travailla au côté de Pierre SIMONINI dans la réalisation de décors de théâtre, cinéma et de télévision. Après avoir travaillé au côté de Jean Louis Barrault, Jean Marais, Niki de St-Phalle, Tinguely, Carzou, Bernard Sobel et bien d’autres, il quitte Paris afin de se consacrer entièrement à sa peinture.

Par la suite, il développe un style totalement unique qui dans un premier temps prend la forme d’oeuvres abstraites, puis appartenant à la figuration onirique.

Durant cette phase abstraite, ses toiles se caractérisent par une composition très architecturale et l’utilisation de couleurs vives. Puis conservant sa qualité de coloriste, il réalise des oeuvres qui nous semblent familières, comme le souvenir d’un lieu ou d’êtres, donnant à son travail un caractère particulièrement intemporel.

Jean Moiras nous offre des oeuvres sensibles et esthétiques sans ne jamais délaisser ni la couleur, ni la forme, ni même la ligne.

L’artiste expose actuellement en France et à l’étranger.

Extrait du texte d’Aymeric Mantoux du livre Moiras, Voyages aux Éditions Vall’Arte :

Peintre, voilà tout !

«Jean Moiras est le dernier des Mohicans. Comme dans le célèbre livre de Fenimore Cooper, il incarne une espèce longtemps en voie de disparition. Le peintre, le vrai. Contre vents et marées, alors qu’à l’époque où il sort des Beaux-Arts de Paris –excusez du peu !- on ne jure que par l’abstraction et le minimalisme. « La peinture est morte » proclament les avant-gardes. Moiras n’en a cure. Dans l’adversité, la douleur parfois, il creuse son sillon, pinceaux à la main. Lui est resté. La peinture avec. Les avant-gardes s’en sont allées rejoindre les réserves souvent poussiéreuses des plus grandes institutions. Le célèbre philosophe Jean Guitton ne disait-il pas que « Ceux qui sont dans le vent ont un destin de feuilles mortes » ? On ne pouvait pas avoir plus raison. Moiras n’a écouté personne que lui, que son cœur. Et il a bien fait. Son œuvre parle pour cet homme discret loin des stéréotypes de l’artiste contemporain vedette. Il est peintre, il est lui-même et il est différent. Comment ne pas penser, à Fenimore Cooper qui dans Le Dernier des Mohicans justement comparait les différentes sortes de livres aux différentes sortes de mocassins : « Un mocassin semblable à un autre ! s’écria-t-il ; autant vaudrait dire que tous les pieds se ressemblent, et cependant tout le monde sait qu’il y en a de longs et de courts, de larges et d’étroits ; que ceux-ci ont le cou-de-pied plus haut, ceux-là plus bas ; que les uns marchent en dehors, les autres en dedans. Les mocassins ne se ressemblent pas plus que les livres, quoique ceux qui lisent le mieux dans ceux-ci ne soient pas les plus capables de bien distinguer ceux-là ». Moiras, lui, est peintre, voilà tout.
Et quel peintre ! […]»

En attendant que l’exposition se mette en place voici un petit aperçu :
Exposition Jean Moiras